Mon projet et mon ambition


Je souhaite être le candidat du capitalisme éducatif.

Se poser comme l’ennemi de la finance pour finalement construire son mandat autour de la seule préservation de la notation financière triple A et donc du capitalisme financier est paradoxal et plus. Je propose un pacte audacieux autour du triple E (éducation, emploi, entreprises) au service d’une nouvelle fraternité et du capitalisme éducatif. Un pacte audacieux pour une nouvelle fraternité, c’est mon ambition et mon projet.

Le pari sur l’avenir passe par l’investissement massif dans l’éducation, la formation tout au long de la vie, l’enseignement supérieur, l’accompagnement des jeunes, des salariés et des demandeurs d’emploi.

L’idée de pacte implique non seulement de convaincre tous les acteurs de la société (entreprises, enseignants, citoyens, parents…) de la nécessité et l’urgence de faire de la formation tout au long de la vie une priorité et donc le choix de l’avenir mais aussi de convaincre les collectivités locales et tous les corps intermédiaires de s’associer à ce pacte.

Qui dit audace dit mesures fortes !

L’audace se traduit concrètement au niveau budgétaire. Le budget global de formation tout au long de la vie (éducation, formation professionnelle, apprentissage, enseignement supérieur) doit atteindre au moins 33% du budget de l’Etat. L’audace passe par la remise à plat intégrale de l’organisation des systèmes d’éducation et de formation, le recrutement, les méthodes pédagogiques, l’organisation des parcours, l’évaluation, les examens et la perméabilité entre formations générales et formations professionnelles.

En revendiquant le capital éducatif comme la première garantie contre l’exclusion, je fais mienne la devise de Léon Blum :

« Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté, doit commencer par leur garantir l’existence. »

Léon BLUM
Un renouveau, une réforme ne suffiront pas ; c’est d’une véritable révolution, innovation de rupture, créativité qui est nécessaire, mieux, impérative !


keyboard_arrow_right Mon choix de la primaire de gauche pour convaincre

La gauche a toujours été et reste ma famille. Elle va mal, elle est divisée, elle semble ne plus vouloir écouter et accepter la différence. Tout indique qu’elle ne gagnera pas la prochaine élection présidentielle et ne reviendra pas au pouvoir avant longtemps. Est-ce dans les moments difficiles qu’il faut abandonner sa famille ? Je ne crois pas. Au contraire, c’est maintenant, alors que la droite dure et l’extrême droite pourraient s’emparer du pouvoir, qu’il faut se mobiliser et convaincre. Mais pour se faire, il faut sortir des sentiers battus.

J’apporte par ma candidature une vision nouvelle de la politique et des progressistes. Le Parti Socialiste et ses alliés doivent prendre la mesure du défi, accepter la créativité et l’innovation y compris de rupture et se poser les bonnes questions. Si j’inscris ma candidature dans le cadre de cette primaire c’est parce que j’ai encore espoir que la gauche se fasse violence.

L’alternative est simple et vitale. Donner raison à qui qualifie déjà la gauche d’astre mort ou montrer qu’elle ne manque ni de ressources, ni d’énergie, ni d’audace pour se réinventer. Telle est mon ambition.

Notre vieille fraternité que permet une école efficace et équitable a été bousculée et abîmée depuis des décennies. Comme l’écrivait Jean Jaures

« Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l’avenir. »

Jean JAURES
Pour construire une nouvelle fraternité, c’est armé de notre histoire et de nos valeurs qu’il faut nous projeter résolument dans l’avenir.

Et parce que comme le disait Michel Rocard

« Parler vrai n’est pas suffisant. Encore faut-il avoir quelque chose à dire… »

Michel ROCARD
c’est en matière d’éducation, d’emploi et d’entreprise, que j’expose ici mes premières propositions.

Les propositions


Le rituel est d’égrainer une litanie de cinquante, cent ou deux cent propositions tout en sachant pertinemment qu’on en mettra en œuvre concrètement un quart, un tiers ou dans le meilleur des cas la moitié.

Mon ambition est de porter 100% des trois piliers d’un pacte aussi structurant que radical qui fera de la France un phare mondial de la connaissance et de l’employabilité.

Les trois piliers de mes priorités sont l’éducation, l’emploi et l’entreprise.

keyboard_arrow_right Une révolution éducative


  • arrow_forward Création d’un ministère de la qualité éducative, la créativité et l’employabilité :
    • subdirectory_arrow_right Qui regroupe les ministères actuels de l’éducation, l’enseignement supérieur, la formation professionnelle, l’apprentissage et l’emploi
    • subdirectory_arrow_right Qui verra son budget augmenter à hauteur de 33% du budget de l’Etat avant la fin du mandat
  • arrow_forward Fermeture immédiate de toute école, université ou centre de formation qui ne respectent pas les normes de qualité d’une école républicaine (qualité des enseignants, progression des élèves, bonheur des élèves, insertion professionnelle, respect de la laïcité…)
  • arrow_forward Création d’une grande école de l’éducation permettant de mettre en œuvre la réorganisation du système éducatif, le renouvellement des pratiques pédagogiques et une véritable formation tout au long de la vie du personnel éducatif
  • arrow_forward Création d’un test national de maîtrise de l’écriture, la lecture et des principales opérations mathématiques à la fin du CM2
  • arrow_forward Au moins un tiers du temps élève/étudiant consacré aux savoir-faire et savoir être, la culture générale et citoyenne (les institutions de la république, les grandes œuvres de l’Humanité, l’histoire des religions) et à la pratique des arts sous toutes leurs formes,
  • arrow_forward Ajustement de la rémunération des enseignants du primaire et secondaire sur le salaire médian/moyen des cadres ou cadres supérieurs français
  • arrow_forward Suppression des différents bacs et remplacement par un choix de trois matières (dont une pratique) en plus des épreuves de français écrit, français oral,TPE et une nouvelle épreuve de culture générale et citoyenne
  • arrow_forward Suppression des classes préparatoires et admission directe sur sélection dans les universités et écoles
  • arrow_forward Suppression des grandes écoles par fusion avec des universités pour création de pôles et marques universitaires fortes et remise en cause de l’autonomie des pôles universitaires qui n’en n’ont pas saisi les opportunités
  • arrow_forward Objectif de 25% de boursiers dans les écoles privées de tous niveaux d’âge à et à défaut interdiction d’exercer leur activité
  • arrow_forward Tutorat les samedi, dimanche et vacances pour les élèves connaissant des difficultés
  • arrow_forward Création de toutes les places nécessaires dans les établissements scolaires pour les enfants handicapés

keyboard_arrow_right Une révolution sociale


  • arrow_forward Remise à plat intégrale des fonctionnements, mécanismes, taux et durée d’indemnisation du chômage et de la formation professionnelle
  • arrow_forward Création de guichets uniques locaux et régionaux regroupant tous les services publics de l’emploi et de la formation afin d’avoir un conseiller pour au maximum 20 usagers soit un par jour
  • arrow_forward Création d’une grande école de l’orientation et de l’insertion professionnelle permettant de recruter et former des milliers de conseillers d’orientation et de conseillers emploi enfin à la hauteur de l’enjeu
  • arrow_forward Allocation de revenus permettant aux personnes les plus précaires (demandeurs d’emploi sans ou en fin de droit, salariés à temps partiels) de ne plus être en dessous du seuil de pauvreté contre l’obligation de se former pendant leur temps d’inactivité professionnelle
  • arrow_forward Investissement massif dans les technologies numériques permettant d’identifier en temps réel les besoins en recrutement et en formation dans les différents secteurs et territoires

keyboard_arrow_right Une révolution entrepreneuriale


  • arrow_forward Exonération totale de cotisations patronales pendant un an sur salaires des jeunes sortant de l’école et sur des chômeurs pour les TPE et PME (50% des taux normaux en seconde année)
  • arrow_forward Obligation de 12 jours de formation par an pour les salariés et rendez-vous annuel avec un conseiller emploi pour la construction du projet professionnel et plan de formation annuel
  • arrow_forward Déclaration et paiement de TVA et des cotisations sociales une fois par an au moment de l’élaboration du bilan permettant ainsi de faire face aux difficultés passagères de trésorerie
  • arrow_forward Création d’une réelle banque des TPE/PME permettant d’accorder des prêts de 50 000 à 100 000 euros à première demande pour la création ou en cas de difficulté passagère avec contrôle a posteriori (et sanctions en cas d’abus)
  • arrow_forward Report du prélèvement à la source de l’impôt à la prochaine mandature après concertation avec les pme/tpe